Akoya me meurt

Akoya seule au Pub copie

Quelques jours ont passé et Akoya semble s’être faite à l’idée de vivre chez moi pendant quelques temps.

Le temps que nos forces opposées guérissent la maladie en nous, par réciprocité.
Akoya est malade comme moi, peut-être plus, ou différemment.
je meurs de l’anorexie comme cette Doll.
Elle est différente, plus forte, déterminée.
Une colère immense rôde dans son corps.
Un jour, cette doll va tout faire sauter.

Elle paraît si frêle et cachectique, les gens ne lui donneraient pas un an à vivre.
Et pourtant je sais qu’elle conduit un vaisseau pirate dans la nuit.
Une énergie secrète veille en elle, Akoya.

Akoya ne tient à rien sauf au présent. Elle vit dans l’air du temps, marchant le long du fossé dégôutant.

La vie en elle tient encore; la mienne et la sienne c’est pareil.

Je tiens avec elle. On jète les cailloux et on pousse la terre sale, on apporte un terreau tout frais, plein de promesses.

Et l’on plante nos jambes sur le sol nouveau, mais pour combien de temps?

Akoya connaît la réponse. Moi je ne sais pas, je dois écouter le vent pour pouvoir respirer encore.

Alice ODILON.

8.05.09. Étiquettes : , , , , , , , , , , . Anorexia, anorexia, Anorexique, Histoire d'une poupée anorexique et bandit., Jane DOE, Peur, Poupée.

Laisser un commentaire

Be the first to comment!

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :